Qu’il semble loin, le temps où Alcatel, Nokia ou Ericsson faisaient partie des entreprises parmi les plus puissantes du secteur des technologies. Place aujourd’hui aux GAFAM, à Alibaba, Huawei ou Tencent, une course sino-américaine dont l’Europe semble aujourd’hui exclue.

La compétitivité technologique est pourtant une nécessité, à en croire les deux intervenants présents lors de la table ronde “Wargames” de la Maddy Keynote du 31 janvier : Sébastien Gibier, Directeur de SAP.iO Foundry Paris, et Tristan Nitot, Président de Qwant

La course technologique

Ce dernier lance d’emblée un message d’espoir « Je ressens un profondément sentiment d’urgence à accélérer sur le secteur technologique en Europe. Ce n’est pas trop tard, mais il faut agir vite ». Mais d’ailleurs, pourquoi agir ? Pourquoi l’Europe doit-elle reprendre sa marche en avant dans la course à la technologie ? 

D’abord parce que son retard est réel. À titre d’exemple, en 2019, l’ensemble des licornes (entreprises non côtées valorisées à plus d’un milliard de dollars) américaines étaient valorisées à plus de 1600 milliards de dollars, leurs homologues asiatiques à plus de 900 milliards de dollars, et les européennes a à peine plus de 300 milliards.

Ensuite  parce que l’Union Européenne a les moyens de cette ambition. Fort d’un marché porteur, deuxième PIB à parité du pouvoir d’achat mondial derrière la Chine mais devant les Etats-Unis, l’Europe est un terrain fertile quant à l’essor des nouvelles technologies. Ce que résume ainsi Tristan Nitot : “L’Europe présente le double avantage d’avoir une population relativement riche en Europe de l’ouest, et un marché très prometteur en Europe de l’est”.

Enfin, le risque est grand d’aboutir à une situation de trop forte dépendance vis-à-vis des modèles chinois ou américains, comme le précise Sébastien Gibier : « Tant pour l’emploi que pour la protection des données, notamment en matière de sécurité ou de santé, il est nécessaire d’avoir une Europe forte et dynamique sur les marchés de la nouvelle économie ». Sur des sujets aussi sensibles, on ne peut que comprendre la crainte émise par le Directeur de SAP.IO Foundry Paris. Les récents scandales, notamment celui de Cambridge Analytica, rajoutent s’il en était besoin la question de l’éthique et du traitement des données personnelles à cette préoccupante équation. 

Lire la suite